BO.png

RPS : Le burn out

rps.png
 

LE BURN-OUT OU L'EPUISEMENT PROFESSIONNEL

Au Japon, le premier cas reconnu de de KAROSHI = "mort sur le lieu de travail" date de 1969.
Conceptualisé pour la première fois par le psychiatre américain Freudenberger en 1975, ce syndrome de dégradation du rapport subjectif au travail se traduit par :
« un épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel» (Schaufeli et Greenglass).

 

UNE SYNDROME A TROIS DIMENSIONS (Christina Maslach)



• l’épuisement émotionnel :


Fatigue extrême due à une exposition continue à des facteurs de RPS très prégnants (conditions de travail très exigeantes, manque de ressources pour y faire face, etc.).

Les temps de repos habituels (sommeil, week-end, congés, etc.) ne suffisent plus à soulager cette fatigue qui devient alors chronique.


• le cynisme vis-à-vis du travail :


L’attitude de l’individu devient négative et détachée vis-à-vis de son travail et des personnes (collègues, encadrement, clients, patients, etc.).

Progressivement, il se désengage de son travail, de la structure dans laquelle il évolue et met son entourage à distance.

Cette seconde dimension correspond en quelque sorte à un mouvement d’auto-préservation face aux exigences professionnelles.



• la diminution de l’accomplissement personnel au travail 


Le travailleur présente une perte de l’accomplissement personnel, une dévalorisation de soi, traduisant à la fois pour l’individu le sentiment de ne pas être à la hauteur du poste. Malgré tous ses efforts, le travailleur se sent dans une impasse

le BO epuisement.jpg
le BO cynisme.jpg
le BO sens.jpg
 
 
emotions.jpg
douleur.jpg
cerveau.jpg
alcool.jpg
motiv.jpg

LES SYMPTOMES CONSTITUTIFS

DÉNI du surmenage, de la charge de travail et des symptômes !


• manifestations émotionnelles ;
L’épuisement ressenti par l’individu, entraînant un sentiment de perte de contrôle, peut se manifester émotionnellement par des peurs mal définies et des tensions nerveuse, ou  par une humeur triste, un manque d’entrain.

 


• manifestations physiques ;
Les manifestations physiques sont les plus fréquentes. On note davantage de troubles du sommeil, une fatigue chronique due à un sommeil qui n’est plus réparateur et des tensions musculaires avec des douleurs rachidiennes (dos, nuque). Il y a parfois une prise ou une perte soudaine de poids. Maux de tête, nausées, vertiges sont également observés.


• manifestations cognitives ;
En termes cognitifs, le burnout a un retentissement sur les capacités de traitement de l’information: diminution de la concentration, difficultés à réaliser plusieurs tâches à la fois,
à nuancer, à prendre des décisions.  


• manifestations comportementales ou interpersonnelles ;
Sur le plan interpersonnel, l’individu peut se replier sur soi, s’isoler socialement, ou avoir un comportement agressif, parfois violent, traduisant une diminution de sa tolérance à la frustration qu’il ressent professionnellement. Des comportements addictifs peuvent apparaître face à la tension ressentie : tabac, alcool, tranquillisants, drogues, etc.


• manifestations motivationnelles ou liées à l’attitude ;
Se sentant déprécié dans son travail, l’individu peut se désengager progressivement. Baisse de motivation et moral en berne. 

Ne pouvant changer la situation dans laquelle il se trouve, il peut avoir le sentiment d’être pris au piège et douter de ses propres compétences.

Corrélation entre les maladies:



• le burnout n'est pas une maladie
Il s'agit d'un syndrome, multifactoriel qui engendre des symptômes.

Il n'est pas a ce jour reconnu comme maladie professionnelle.

 


dépression ;

Une dépression, contrairement au burnout, s’étend à tous les aspects de la vie alors que le burnout s'exprime en premier lieu dans la sphère professionnelle. 

Le diagnostic de dépression décrit un « état » de l’individu alors que le burnout décrit un « processus ».

La dépression est catégorisée comme maladie professionnelle et est répertoriée dans de DSM-V (maladies mentales) et faisant état des 9 symptômes caractéristiques de la dépression.

 - TRISTESSE: état d'âme passager, sentiment inconfortable relatif à un objet qu'il nous fait peine d'abandonner

 - DEPRIME: plainte passagère dont la tristesse est une manifestation, de même que la perte d'envies.

• dépendance au travail et surinvestissement (Schaufeli) ;

Les personnes dépendantes au travail, incapables de s’en détacher psychologiquement,  effectuent de nombreuses heures de travail.
Elles fournissent un travail qui va au-delà de ce qui est attendu de leur part, au point que leur vie privée s’en trouve affectée.

Cependant, pour ces personnes très investies, un changement brutal dans
leur environnement professionnel, peut les faire basculer dans un syndrome d’épuisement professionnel.

• stress chronique;

C'est la conséquence d’un déséquilibre entre les contraintes du travail et les ressources pour y faire face (tests Karasek et Siegrist); Mais le sens du travail n’est pas forcément remis en cause.
Il peut toucher tout type de travailleur, contrairement aux tensions "job strain" amenant à un burnout, lesquelles seraient communes aux personnes surinvesties et exigeantes dans leur rapport au travail.
De plus, le stress chronique n’est pas forcément accompagné d’attitudes négatives envers autrui, qui caractérise les symptômes du burnout.

anxiété;

C'est la conséquence d'une exposition à une sursollicitation, touchant tous les domaines de vie, proche du surmenage ou de la surchage mentale. Le trouble anxieux généralisé est un état d’inquiétude constante, difficilement contrôlable, accompagné de divers symptômes physiques.

Dans cette famille de troubles, on retrouve les phobies, les crises de panique soudaines, les TOC...

 
 

Facteurs de BURNOUT = facteurs de RPS:


6 facteurs.jpg
 

QUE FAIRE?

 1.   Pour un ami, un collègue, une personne de votre entourage:

  •        le faire parler et l'écouter, sans prendre sa souffrance (IMPORTANT DE VOUS PROTEGER)

         => questions ouvertes (Pourquoi, Comment...), sans jugement ni solution toute faite...

  •        lui conseiller un retrait immédiat dans son rapport au travail: RTT, moments plaisir et retour à soi 

  •        l'orienter vers un médecin du travail, généraliste et/ou un psychologue du travail ou clinique*

  •        lui conseiller de voir si son état doit être traité comme RPS avec son entreprise (CHSCT/CSE; RH)

  •        prendre de ces nouvelles, en tant que personne ressource.

​​

 2.   Pour soi, menez ces actions en parallèle:

  •        parler à votre entourage bienveillant de ce que vous ressentez

         => trouvez des personnes ressources, des proches-vitamines, des sources positives...

     

  •        ne laissez pas la souffrance vous envahir: prenez du recul par rapport au travail

         => prenez du temps pour vous, reprenez contact avec vous, faites ce qui vous fait PLAISIR

         => posez vous les bonnes questions sur la situation (avec votre ami.e-ressource ou/et avec mon questionnaire CONTACT)

         => pratiquez la technique de lâcher prise qui vous correspond: méditation, respiration, marche/sport, lecture positive...

       

  • prenez RDV avec un médecin et/ou un psychologue* si vous en ressentez le besoin physique car vous ne supportez plus la situation et que les techniques d'auto-protection ne suffisent pas.

    *NB: le médecin du Travail ​est un professionnel médical du conseil et de la prévention.

    Il vous orientera de façon pertinente et le voir est important, mais cela fait seulement partie d'un protocole car il ne délivre pas de soin (ordonnance ou arrêt maladie).​          Pour une prise en charge concrète, prenez parallèlement RDV avec un professionnel de la psychologie et votre médecin traitant.

  •        contactez un coach (si votre état de santé et votre niveau émotionnel le permettent) pour engager un plan d'action solide. Finalement votre état est dû à la situation de travail, à laquelle vous êtes attaché.e... Vous devez vous en libérer.

 

=> Tournez vous vers l'avenir, trouvez quelle personne vous voulez être. Créez votre projet de (re)construction.

Helping Hands
Couronne de fleurs 6
fille de détente
Conseils pour se PROTEGER
Photo 2021_Michelle MEERSCHMAN (2).jpg

Sources:

Guide Prévention BURNOUT DGT-INRS-ANACT

Effervescience

anxiete.fr

et plein d'autres!